LE FRANÇAIS, UNE PRIORITÉ DANS NOS ENTREPRISES!

 

La CCI2M est fière de vous offrir une boîte à outils OQLF créée par l’Office québécois de la langue française pour soutenir et accompagner les entreprises à connaître leurs forces sur le plan linguistique et les éléments à améliorer. La boîte à outils regroupe de nombreuses ressources, dont une autoévaluation en ligne dédiée aux entreprises qui emploient moins de 50 personnes, une feuille de route, des vidéos et des fiches thématiques.

 

La boite à outil OQLF permet :

– D’approfondir vos façons de faire en matière linguistique et les améliorer;

– De connaître et comprendre vos responsabilités à l’égard de la Charte de la langue française et des droits de leur personnel;

– De fixer des cibles réalistes en matière de bonnes pratiques linguistiques.


 

Déterminez vos besoins

Comment y parvenir? Commencez par évaluer où vous en êtes!

L’Office a élaboré une autoévaluation dédiée aux entreprises qui emploient moins de 50 personnes qui, en une dizaine de minutes, vous permettra de comprendre vos obligations linguistiques et d’obtenir un portrait de vos pratiques. Vous pourrez mettre en avant les forces de votre entreprise, et découvrir ce qui peut être amélioré.

 

CLIQUEZ ICI POUR FAIRE L’AUTOÉVALUATION DÈS MAINTENANT! 


Informations sur les obligations linguistiques des entreprises de toutes tailles.

Le français comme langue de travail et des affaires comporte plusieurs avantages. Il permet d’attirer et de fidéliser une nouvelle clientèle, d’améliorer la rétention et le sentiment d’appartenance de votre personnel, de diminuer le nombre d’erreurs quotidiennes et le nombre d’accidents!

 

Pour plus de détails sur vos obligations linguistiques, consultez les documents suivants :

Le français, langue du travail, du commerce et des affaires au Québec (PDF, 2 Mo)

Obligations des entreprises relativement aux produits offerts au Québec (PDF, 13 Mo)

Fiches sur les obligations générales de toutes les entreprises quant à la langue du travail, du commerce et des affaires

Aide-mémoire destiné aux employeurs – Exigence de la connaissance d’une autre langue que le français (PDF, 206 Ko)

Boîte à outils sur l’affichage des marques de commerce


 

Le français, en six thèmes gagnants pour votre entreprise :

 

1. Processus d’embauche
Saviez-vous qu’en exigeant uniquement le français comme langue maîtrisée lors de l’affichage d’un poste, vous augmentez votre bassin de bons candidats et candidates?

2. Milieu de travail
Saviez-vous qu’en faisant du français la langue commune utilisée par vos employées et employés dans le cadre de leur travail, vous contribuez à diminuer les risques d’erreurs liées à une mauvaise compréhension des tâches?

3. Produits et services
Saviez-vous qu’en offrant des produits et services en français, vous contribuez à augmenter la satisfaction de votre clientèle?

4. Médias sociaux, sites Web et documents publicitaires 
Saviez-vous que communiquer en français avec votre clientèle, c’est aussi favoriser sa fidélisation?

5. Factures, contrats et bons de commande
Saviez-vous qu’en remettant des factures et des contrats en français vous en assurez la bonne compréhension par une grande majorité de la population, réduisant ainsi les risques de malentendus avec votre clientèle?

6. Affichage public et commercial
Saviez-vous qu’afficher une marque de commerce ou un nom original en français, c’est une excellente manière de piquer la curiosité du public, et d’ainsi attirer la clientèle qui passe devant votre établissement?

 


Vous souhaitez approfondir, connaître, comprendre et réaliser vos objectifs selon votre réalité et votre secteur d’activité ?

N’ATTENDREZ PLUS ! Contactez-nous dès maintenant afin que l’on puisse vous référer à la personne clé de l’Office québécois de la langue française.

 

Pour nous joindre :

Téléphone : 450 491-1991

Courriel : info@cci2m.com


 

                                                                                                                           

                                                                                                                                         Avec la participation financière de :